Bienvenus

La newsletter de AgroLigne.com vous informe périodiquement de l’actualité de l'agroalimentaire et de l'agriculture.

Pour la recevoir, indiquez votre nom et votre adresse email et cliquez sur "S'abonner".

Connectez vous :

Inscrivez vous à la newslettre :

1488214_498760403571172_453895845_n_755_566_90.jpg
Toute la galerie

Importer ou exporter est une transaction commerciale dont les procédures deviennent parfois un véritable casse-tête. Leurs formalités n'en finissent pas de se traîner et l'opération risque ainsi de voir se gâcher toute sa rentabilité.

importation_voie_maritime_01

D’où l’importance de simplifier les documents utilisés en matière de transport, de commerce et de dédouanement, les réglementer et en réduire les délais, de faciliter les techniques y afférentes et sensibiliser tous les intervenants dans ce domaine. L’objectif, certes, est de faciliter les importations et d’intensifier le rythme des exportations.

Consciente de tous ces handicaps, tout en étant soucieuse de soutenir les entreprises et les aider à améliorer leur compétitivité, l’unité de facilitation du commerce international et de la logistique, relevant du ministère du Commerce et de l’Artisanat, vient de publier un manuel des procédures à l’importation par voie maritime, en tant que guide référentiel pour tous les opérateurs œuvrant en matière de commerce extérieur. Edité en 78 pages, bien illustrées avec une couverture bleu azur, le manuel présente un contenu riche en chapitres, recensant les différentes procédures qui régissent les opérations d’importation par voie maritime.

S’agissant du cadre législatif, réglementaire et conventionnel concernant l’acconage, la manutention, le dédouanement et le contrôle technique. Autant de procédures à expliciter dans toutes leurs étapes, partant des contrats d’achat des marchandises et leur autorisation de sortie du port, jusqu’à leur mise à la consommation. Les services douaniers et l’unité de facilitation concernée travaillent d’arrache-pied pour raccourcir les délais du séjour des marchandises au port. Ce délai a atteint cinq jours au cours des quatre premiers mois de cette année, alors que cet indice a avoisiné l’année dernière les six jours contre neuf en 2006. Selon M. Ridha Ben Mabrouk, directeur de l’unité de facilitation du commerce international et de la logistique, les prévisions tablent sur une durée de trois jours en moyenne d’ici 2009.

Mieux encore, ce manuel servira de document d’appui à travers lequel les délais d’intervention de chaque partie seront bien déterminés. Sachant, ainsi, que 13 intervenants, dont 5 du secteur privé, sont déjà impliqués dans les opérations d’importation des marchandises par voie maritime, sans pour autant oublier le rôle éminent du transitaire, à qui sera confié le quart des procédures à l’importation. Quant aux services douaniers, ils assurent 16,6% de l’ensemble des interventions.

La réalisation de ce manuel, dont le but est de prêter main-forte à l’entreprise, tout en l’initiant à contribuer à l’amélioration de ces procédures, vient à point nommé au moment où la Tunisie s’apprête à s’engager pleinement dans la zone de libre-échange avec l’Union européenne. Une étape cruciale marquée surtout par de multiples défis dont, notamment, celui de réduire davantage les coûts des transactions et renforcer la proximité avec l’UE afin de faire de notre pays une plateforme commerciale régionale.

K. Ferchichi           
Source : www.lapresse.tn

banner latérale droite
banner laterale droite bas

L’essentiel de l’Agroalimentaire et de l’Agriculture en Méditerranée

Agroligne 2005 - 2014 Tous droits reservés

banner flotant