N°114⎟janvier-mars 2020⎟l'Algérie, une porte pour pénétrer le marché africain // Les leçons d’une crise

  • Création : 27 mai 2020

En cette conjoncture particulière marquée par l’ampleur de la crise sanitaire qui a secoué le monde et la chute des cours du pétrole, place aux mesures protectionnistes dans de nombreux pays. Pour bon nombre d’observateurs, le monde est en phase de passer à la déglobalisation.

Pour protéger leurs économies des effets de cette crise, certains pays ont décidé de limiter leurs exportations de certains produits comme c’est le cas de l’Egypte qui a opté pour la suspension de l’exportation des légumes secs. L’effondrement de l’économie mondiale, résultat de la fermeture de l’usine du monde pendant plus de trois mois a fini par impacter fortement de nombreux secteurs qui ont vu leurs activités réduites à zéro. Les perspectives s’annoncent d’ailleurs sombres pour les prochains mois. A titre illustratif, la directrice générale du Fonds monétaire international (FMI), disait en mars dernier s’attendre à « une récession au moins aussi grave que pendant la crise financière mondiale [de 2008], sinon pire ».

Le Secrétaire général de l’Organisation de coopération et de développement économique (OCDE) avait affirmé pour sa part que « l’économie mondiale va souffrir pour des années » et qu’il est « irréaliste de penser qu’elle va rebondir rapidement ». Mais dans tout ce tourbillon, il y a bien un secteur qui a résisté et qui a continué à fonctionner à plein régime en période de confinement. Il fallait bien continuer à produire pour nourrir les populations en temps de crise. Le défi a été relevé. Faudrait-il continuer sur cette lancée surtout dans les pays ou les perspectives de développement du secteur sont importantes. C’est le cas justement en Afrique. Saisir les opportunités au niveau de chaque pays pour améliorer la production qualitativement et quantitativement en comptant sur les ressources continentales.

Avec les restrictions décidées avec la crise induite par le coronavirus et les risques de flambée des prix des matières premières sur le marché mondial, les pays africains devraient compter sur leurs ressources pour approvisionner l’industrie agroalimentaire en matières premières. Ils devraient également renforcer les échanges intra-africains dans ce domaine. Justement, la grande zone de libre- échange africaine leur ouvre grande la porte à cette coopération. Il y a juste lieu de retenir les leçons de la crise sanitaire mondiale. Il s’agit de garantir la sécurité alimentaire de tout un continent dans un monde en mutation.

 

E.Cherif

 

Télécharger le PDF

Articles Populaires

LE SIMA SE REINVENTE !...
  • Création : 12 septembre 2019
La numérisation et autres thèmes...
  • Création : 28 avril 2019
SPACE 2019 : un bon millésime...
  • Création : 19 septembre 2019
Bilan SIPSA-FILAHA 2019, un challenge...
  • Création : 22 octobre 2019
Informia s’ouvre à de nouvelles...
  • Création : 10 juillet 2019
GRFI : Pour une agriculture...
  • Création : 17 septembre 2019

Articles Pour vous