Les cours mondiaux des matières premières en hausse

  • Création : 25 avril 2016

Les cours mondiaux des matières premières ont enregistré, globalement, une augmentation durant la semaine écoulée sous l'effet, essentiellement, de la baisse de la valeur du dollar.

CEREALES:       

Les cours du soja ont nettement progressé la semaine écoulée en raison d'une météo catastrophique en Argentine, tandis que ceux du blé, en légère hausse, et du maïs, en baisse, sont restés en retrait. "En Argentine et dans l'Uruguay, il pleut de façon exceptionnellement importante", commente Bill Nelson, de Doane Advisory Services. Cela inonde les cultures qui sont abîmées ou détruites, en particulier celles de soja. Un autre analyste mettait plutôt l'accent sur les effets persistants d'un rapport publié le mois précédent par le ministère de l'Agriculture des Etats-Unis (USDA), selon lequel les agriculteurs comptent planter relativement peu d'oléagineux.

Quant au maïs et au blé, dont les performances hebdomadaires ont été plombées en fin de semaine par des prises de bénéfices encore plus massives que sur le soja, les observateurs estiment que leurs cours ont en premier lieu suivi le sillage de l'oléagineux. Néanmoins, pour le maïs, "il y a des facteurs spécifiques", a nuancé M. Strickler. "Le centre du Brésil connaît depuis plusieurs semaines un temps sec, qui réduit les attentes quant à la seconde récolte de maïs." Enfin, comme l'a noté M. Nelson, le gouvernement brésilien a réduit ses restrictions sur les importations de maïs pour favoriser l'alimentation du bétail, ce qui est de bon augure pour les exportations américaines. Le boisseau de MAïS (environ 25 kg) pour livraison en juillet, le contrat le plus actif, a terminé vendredi à 3,7550 dollars, contre 3,8200 dollars en fin de semaine précédente (-1,7%). Le boisseau de BLE pour juillet valait 4,7400 dollars contre 4,6750 dollars auparavant (+1,4%).        

CAFE, SUCRE et CACAO:

Le cacao, le sucre et le café ont connu des sommets de plusieurs mois, portés par le mouvement de hausse généralisé sur le marché des matières premières, seul le café ne parvenant pas à consolider ses gains. Les cours ont bénéficié de l'effet conjugué de la hausse des cours du pétrole, qui tend à donner le ton hors fondamentaux pour les autres matières premières, et d'un accès de faiblesse du dollar: Tout affaiblissement de la monnaie américaine, devise dans laquelle sont libellés les achats de matières premières agricoles, les rend plus attractives car moins onéreuses pour les investisseurs munis d'autres devises.

Pour le café, les fondamentaux du marché n'ont pas permis de donner d'impulsion aux cours, car actuellement "les torréfacteurs font peu d'achats et l'offre des producteurs n'est pas élevée non plus" dans un face à face qui devrait se poursuivre en l'absence de données significatives sur la production. En plus des achats techniques communs aux autres matières premières, le sucre a également bénéficié d'une "situation persistante de déficit de l'offre par rapport à la demande", a relevé un analyste.

En outre, l'accélération de la hausse des cours est "sans aucun doute à mettre au compte de données décevantes sur la production indienne", deuxième plus gros producteur de sucre au monde derrière le Brésil. Mais dans l'attente du premier rapport de l'association des industriels du secteur du sucre au Brésil, Unica, sur la récolte 2016/2017, la volatilité des cours devrait être élevée. D'ailleurs, M. Penney s'attend à ce que ces données montrent un niveau élevé du fait "des excellentes conditions climatiques depuis le début du mois" pour la canne à sucre au Brésil, ce qui "risque de limiter toute hausse" des cours voire de les faire baisser. En outre, les cours du CACAO ont nettement grimpé au plus haut depuis mi-décembre, bénéficiant de l'accès de faiblesse du dollar. De plus, les cours ont été soutenus par des informations de l'agence Bloomberg News selon lesquelles la production du Ghana, le deuxième producteur de fève brune au monde derrière la Côte d'Ivoire, pourrait n'atteindre que 730.000 tonnes (contre 900.000 tonnes selon une précédente estimation). Sur le Liffe de Londres, la tonne de ROBUSTA pour livraison en juillet valait 1.557 dollars vendredi après-midi, contre 1.564 dollars la tonne le vendredi précédent. Sur l'ICE Futures US de New York, la livre d'ARABICA pour livraison en juillet valait 123,15 cents, contre 124,65 cents la livre sept jours auparavant.

A Londres, la tonne de SUCRE BLANC pour livraison en août valait 454,40 dollars, contre 428,20 dollars le vendredi précédent. A New York, la livre de SUCRE BRUT pour livraison en juillet valait 15,56 cents, contre 14,73 cents la livre sept jours auparavant. A Londres, la tonne de CACAO pour livraison en juillet valait 2.287 livres sterling, contre 2.226 livres sterling le vendredi précédent. A New York, la tonne pour livraison en juillet valait 3.153 dollars, contre 2.989 dollars sept jours plus tôt.

 

 

Source: APS

Articles Populaires

LE 1er SALON FRANCAIS DE LA FRANCHISE...
  • Création : 23 janvier 2020
LE SIMA SE REINVENTE !...
  • Création : 12 septembre 2019

Articles Pour vous

Le groupe français BIH, nouvel...
  • Création : 20 janvier 2020