UE, La Russie sanctionnée encore pour six mois

  • Création : 21 juin 2016

Les ambassadeurs permanents des 28 Etats membres de l’Union européenne (UE) ont approuvé mardi une prolongation de six mois des sanctions économiques imposées à la Russie en réponse à l’annexion de la Crimée et pour son rôle présumé dans le conflit ukrainien, selon une source européenne.     

Les sanctions portant sur les secteurs de l'énergie, de la finance et de la défense, arrivent à expiration fin juillet, et seront prolongées jusqu’à fin janvier avant un nouvel examen de la situation au cours du second semestre de 2016, a précisé la même source. La décision de prolongation des sanctions contre la Russie devrait être entérinée ultérieurement par les ministres des Affaires étrangères des pays membres de l’Union. L’Union européenne (UE) a prolongé vendredi d’un an ses sanctions liées à l’annexion en 2014 de la Crimée et de Sébastopol à la Russie.        

Ces sanctions prolongées jusqu’au 23 juin 2017, portent essentiellement sur une interdiction d’importation de produits originaires de Crimée ou de Sébastopol dans l'UE, et d’investissement dans cette région. En mars 2014, le Conseil européen a adopté ses premières mesures diplomatiques en réponse aux actions russes en Ukraine, imposant ses premiers gels d’avoirs et interdictions de circulation visant certains haut responsables russes.        

L’UE a imposé des sanctions économiques en juillet 2014 et les a renforcées en septembre 2014. En mars 2015, le Conseil européen a lié la durée de ces restrictions économiques à la mise en oeuvre complète des accords de Minsk. L'Union européenne demande une application totale des accords de paix conclus à Minsk pour l'est de l'Ukraine en échange d'une levée des sanctions. Cette mise en oeuvre est actuellement dans l'impasse, Kiev et Moscou s'accusant mutuellement de ne pas respecter les engagements pris.        

Le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker a affirmé lors d’un forum économique international à Saint Petersburg que la levée des sanctions économiques décrétées contre la Russie dépend de la pleine mise en oeuvre des accords de Minsk censés mettre fin au conflit en Ukraine. Toutefois, l'Italie et la Grèce sont favorables à un assouplissement de la position communautaire en raison des relations commerciales qu'elles entretiennent avec la Russie, leur principal fournisseur dans le domaine énergétique. Moscou menace, de son côté, de prolonger jusqu'à fin 2017 son embargo sur des produits alimentaires provenant notamment de l'UE, une mesure qui a mis le secteur européen de l’agriculture en difficulté.

Rédaction Agroligne et Agences

 

Articles Populaires

On the road to IPACK-IMA 2021 : feu sur...
  • Création : 15 décembre 2019
LE SIMA SE REINVENTE !...
  • Création : 12 septembre 2019

Articles Pour vous

Le groupe français BIH, nouvel...
  • Création : 20 janvier 2020