L’agriculture n’est plus en danger, elle est en liquidation

  • Création : 26 août 2015

Depuis le début du mois de juin et les blocages d’abattoirs de viande bovine dans toute la France, la FNSEA et JA ne cessent d’alerter sur la situation. Des engagements avaient été pris devant le ministre de l’Agriculture par l’ensemble des acteurs pour les filières porcine, bovine, et laitière ; nous avions alors annoncé une « mise sous surveillance » de ces engagements. Au-delà du secteur de l’élevage, cette vigilance s’est accrue sur l’ensemble des filières agricoles et traduite par la #NuitdelaDetresse le 2 juillet dernier.

 

Au regard des événements récents – les fortes mobilisations du mois de juillet et la situation de la filière porcine – il est plus que temps de sortir de la crise avec des actes concrets de la part de tous les acteurs : industriels, distributeurs, gouvernement. Au-delà de l’urgence, la FNSEA et JA demandent une ambition pour l’agriculture française. Il n’y pas de solution miracle, il n’y aura qu’un ensemble de décisions courageuses pour sortir les paysans du marasme.

C’est pourquoi, nous maintenons la pression à différents échelons et accentuons notre présence par des mobilisations et des propositions donnant un vrai cap à l’agriculture française :

1. Sortir de la crise maintenant ! Chaque acteur doit prendre ses responsabilités pour donner vite de l’oxygène aux trésoreries des éleveurs. Les paysans ne demandent pas des phrases, des réunions, des indignations, ils veulent des actes, des prix, des justes prix.

2. Fixer un cap stratégique pour une agriculture riche de ses diversités ! Nous composons depuis trop longtemps avec l’empilement de lois, de règles et de normes contre-productives. Il est temps d’établir une véritable stratégie de long terme pour que les agriculteurs puissent vivre des fruits de leur travail, pour que les filières agricoles et alimentaires fixent de la richesse et de l'emploi dans les territoires ruraux. Nous organiserons en ce sens un grand rassemblement le 3 septembre à Paris.

3. Que l’Europe joue enfin son rôle ! Depuis très longtemps nous demandons plus, mais surtout mieux d’Europe. La Commission doit jouer son rôle de régulateur en proposant des mesures des dégagements de marché. L’Europe à 28 ne peut d’ailleurs pas fonctionner en l’état : à marché unique, règles uniques ! Nous serons à Bruxelles le 7 septembre pour le rappeler aux ministres européens, réunis en Conseil.

L’agriculture est une véritable cause nationale. Redonnons lui un avenir et rendons fiers nos paysans.

Plus d'info:www.jeunes-agriculteurs.fr

Articles Populaires

LE 1er SALON FRANCAIS DE LA FRANCHISE...
  • Création : 23 janvier 2020
LE SIMA SE REINVENTE !...
  • Création : 12 septembre 2019

Articles Pour vous

Le groupe français BIH, nouvel...
  • Création : 20 janvier 2020