Filière Lait : réunion de négociations aujourd’hui au MADR

  • Création : 20 septembre 2015

Sous l’égide du ministère de l’Agriculture et du Développement rural (MADR), les représentants des différents intervenants dans la filière lait entameront, aujourd’hui, des discussions en vue de trouver un compromis sur la question du prix du lait cru et des solutions pour l’ensemble des problèmes soulevés par les professionnels de la filière.

Depuis quelques mois déjà, les éleveurs ne cessent d’alerter les pouvoirs publics sur la problématique liée à la cherté des aliments destinés au bétail, mais aussi au prix du sachet de lait, qui reste paradoxale et pénalisante en ce sens qu’ils n’arrivent pas à écouler leurs produits au moment où le sachet de lait à base de poudre est cédé à 25 DA. Des contraintes sont également enregistrées au niveau de la culture fourragère qui accuse un énorme déficit du fait de la sécheresse, l’eau étant orientée pour les besoins d’irrigation d’autres cultures prioritaires, dont le blé, d’où l’impact sur l’alimentation du bétail.

C’est la raison pour laquelle le ministère de l’Agriculture a procédé, jeudi dernier, à la mise en place d’un groupe mixte éleveurs-transformateurs pour discuter des questions relevant de leurs relations et «surtout pour qu’ils nous proposent des solutions pour l’avenir de la filière», a indiqué à l’APS un responsable du ministère en charge du secteur.

Ce groupe devrait «trouver un compromis sur le prix du lait cru cédé aux transformateurs, mais le ministère attend à ce qu’il y ait des propositions et des solutions plus durables touchant la filière dans son ensemble». La pression des éleveurs a fini par faire réagir le ministère de l’Agriculture, qui a annoncé de «nouvelles mesures visant à sauvegarder les intérêts des éleveurs et à garantir un fonctionnement équitable de la filière lait».

A moyen terme, les nouvelles mesures prises par le secteur porteront sur l’examen des moyens d’optimiser le dispositif actuel de soutien, notamment la révision de sa nomenclature et mode opératoire et la promotion du crédit fédératif. Il s’agit aussi de finaliser l’organisation et la structuration de la filière lait aux niveaux local, régional et national. La sécheresse, qui a sévi ces trois dernières années, a réduit les fourrages, se traduisant par la hausse des prix de production. En effet, les éleveurs estiment le coût de revient du litre de lait cru à 75  DA, alors que ce produit est cédé aux transformateurs à 40 DA le litre.

Plus d'infoshttp://www.elwatan.com

Articles Populaires

LE 1er SALON FRANCAIS DE LA FRANCHISE...
  • Création : 23 janvier 2020
LE SIMA SE REINVENTE !...
  • Création : 12 septembre 2019

Articles Pour vous

Le groupe français BIH, nouvel...
  • Création : 20 janvier 2020