N°105⎟octobre-décembre 2017⎟L'agrobusiness, une mine d'or inexploitée de l'Afrique // Les multiples défis de l’Afrique

  • Création : 23 novembre 2017

Avec toutes les potentialités dont il regorge, le continent Africain est à même de  répondre à plusieurs défis  comme celui de nourrir 1,5 milliards d’africains à l’horizon 2030, et 2 milliards en 2050 mais, également celui de devenir un acteur majeur dans les marchés internationaux.  Des terres à profusion, de l’eau et des océans, des hommes et des femmes pleins de bonne volonté, des innovations et surtout un marché immense qui ne demande qu’à se développer, sont ses plus grands atouts.

Avec toutes les potentialités dont il regorge, le continent Africain est à même de  répondre à plusieurs défis  comme celui de nourrir 1,5 milliards d’africains à l’horizon 2030, et 2 milliards en 2050 mais, également celui de devenir un acteur majeur dans les marchés internationaux.  Des terres à profusion, de l’eau et des océans, des hommes et des femmes pleins de bonne volonté, des innovations et surtout un marché immense qui ne demande qu’à se développer, sont ses plus grands atouts.

Mais, dans les faits, l’agriculture est encore paysanne dans de nombreux pays africains. Beaucoup d’agriculteurs utilisent encore des méthodes héritées de plusieurs générations. Alors que certains pays connaissent des croissances intéressantes, le reste du continent souffre de la pauvreté. Pour enclencher un vrai développement, il est nécessaire de valoriser l’agriculture et la pêche, deux secteurs qui font vivre le deux tiers des Africains.  

Ce sont les principaux éléments qui  ont encouragé l’union africaine à choisir l’agriculture pour devenir un vrai moteur de développement  ainsi qu’un pilier pour le nouveau partenariat pour le développement de l’Afrique, lancé il ya plus d’une dizaine d’années.  Dans tous les pays du continent, l’agriculture représente une part importante dans la vie économique. Il ne fait aucun doute que l’agriculture est un véritable levier de transformation de ces pays dans la mesure où elle participe à assurer en partie la sécurité alimentaire.  Ce secteur est  également pourvoyeur d’emplois et  offre des possibilités d’embauche aux jeunes africains qui arrivent sur le marché du travail tous les ans. En 2025, l’on estime ce nombre à 330 millions.  L’année 2003 a  vu le commencement d’un processus qui a mobilisé tous les acteurs du secteur agroalimentaire des états membres de l’UA, ainsi que les organisations de producteurs et  les institutions de coopération technique.

Cette révolution agricole continentale est le fruit du Programme Détaillé de Développement de l’Agriculture Africaine (PDDAA) qui préconise  entre autres, l’augmentation des investissements agricoles, le développement des investissements dans les filières agroalimentaires et l’amélioration des marchés agricoles nationaux et régionaux. D’autres initiatives  régionales ont été lancées avec pour but de dynamiser la productivité des filières agroalimentaires  et le commerce intra africain. Cette  nouvelle vision pour l’agriculture est présente dans les négociations internationales comme les accords de partenariat économique avec l’Union Européenne où les priorités africaines sont clairement définies. Le marché africain avec toutes ses potentialités, est demandeur  de nouvelles solutions et de savoir-faire pour assurer la productivité qui lui fait actuellement défaut.

E. Cherif 

 Téléchargement du fichier 

Articles Populaires

LE SIMA SE REINVENTE !...
  • Création : 12 septembre 2019
La numérisation et autres thèmes...
  • Création : 28 avril 2019
Bilan SIPSA-FILAHA 2019, un challenge...
  • Création : 22 octobre 2019
SPACE 2019 : un bon millésime...
  • Création : 19 septembre 2019
GRFI : Pour une agriculture...
  • Création : 17 septembre 2019
Informia s’ouvre à de nouvelles...
  • Création : 10 juillet 2019

Articles Pour vous