N°106⎟janvier-mars 2018⎟Les légumineuses un marché en pleine croissance // Les légumineuses, une agriculture résiliante

  • Création : 5 mars 2018

Selon les chiffres de la FAO, 77millions de tonnes de légumes sec sont produits en 2014, soit une augmentation de l’ordre de 21 millions de tonnes depuis 2001. Doucement mais, sûrement, ces petites graines font leur bout de chemin avec une tendance marquée vers la hausse. Les observateurs estiment que cette croissance se maintiendrait durant l’année 2018 où la production mondiale dépasserait les 80 millions de tonnes.

La part des haricots serait de 33% tandis que la portion réservée aux pois chiches serait de 17% et celle aux pois de 16%. L’élargissement de plusieurs légumineuses à l’alimentation humaine et à l’agro industrie est le moteur qui a généré cette croissance. Le changement dans les habitudes alimentaires dans les pays développés y est également pour quelque chose dans cet essor. En effet, la consommation des  légumineuses  qui ne dépassait pas 20% il y a une trentaine d’années, atteint actuellement les 40%.

L’instauration de l’année 2016 comme celle des légumineuses a donné un nouveau souffle à une culture, certes des plus importantes mais qui ne fait toujours pas le poids devant les céréales qui occupent la première place dans le monde avec 70% des terres cultivées. Dans les pays où l’accès aux protéines animales comme les viandes et les produits laitiers n’est pas aisé, les légumes secs sont d’un excellent apport nutritif et luttent contre la malnutrition. Mais, curieux paradoxe, c’est dans ces mêmes pays où ces cultures sont secondaires. Souvent elles sont cultivées en contre saison, et sur des terres marginales.

C’est également une culture souvent réservée aux femmes. Dans les pays de l’Afrique de l’ouest comme le Mali, prés de 85% de la surface en arachide sont cultivées par des femmes. Encourager la culture des légumineuses est une alternative intéressante qui s’appuie à la fois sur la valorisation des cultures locales et l’amélioration de la fertilité des sols. Le potentiel de développement de ces cultures est grand d’autant qu’elles sont peu exigeantes sur la qualité des sols et ne sont pas très demandeuses en eau et en engrais. Un autre point qui plaide en leur faveur, les légumineuses sont deux fois plus riches en protéines que les céréales complètes et trois fois plus que le riz. 

E. Cherif 

 Téléchargement du fichier

Articles Populaires

LE SIMA SE REINVENTE !...
  • Création : 12 septembre 2019
La numérisation et autres thèmes...
  • Création : 28 avril 2019
Bilan SIPSA-FILAHA 2019, un challenge...
  • Création : 22 octobre 2019
SPACE 2019 : un bon millésime...
  • Création : 19 septembre 2019
GRFI : Pour une agriculture...
  • Création : 17 septembre 2019
Informia s’ouvre à de nouvelles...
  • Création : 10 juillet 2019

Articles Pour vous