N°108⎟juillet-septembre 2018⎟Vers un élevage industrialisé ? // Les défis de l'Afrique 

  • Création : 5 septembre 2018

Face à une demande mondiale sans cesse croissante en viande et en lait, l’activité de l’élevage doit répondre à un défi majeur : celui d’augmenter les volumes de productions exigés par l’expansion de la population mondiale et, en même temps préserver l’environnement. Mais, il faut savoir que cette équation est plus d’actualité dans les pays riches que dans les parties du monde où l’élevage reste encore dans sa majorité pratiqué à petite échelle.

Si dans les économies développées, comme l’union Européenne, la part de l’élevage représente 45%, il est également source  d’emplois pour 4 millions de personnes. Grâce aux filières animales, les industries de l’agroalimentaire en Europe comptabilisaient un chiffre d’affaires de 400 milliards d’euros en 2013.

En Afrique, l’élevage vient en 2ème position après l’agriculture et représente une moyenne de 35% dans le PIB des économies nationales. Et, même s’il est source de revenus et de nourritures pour de nombreux ménages, l’élevage en Afrique est loin d’avoir épuisé ses ressources.

Malgré une grande diversité de bétail, tous types confondus et des terres à profusion, il reste que plusieurs défis sont à relever dans les pays en développement comme le manque d’information, le manque d’accès aux engrais à des prix encourageants, le manque d’investissements, des infrastructures physiques défaillantes et surtout le manque de bons réseaux routiers et de bons marchés.

Résultat : entre 2030 et 2050, les pays Africains devraient importer, selon des prévisions faites par la FAO, entre 16% et 20% de la viande, toutes origines confondues, et le lait nécessaire à la consommation des ménages. Une consommation qui augmente sans cesse.

Les opportunités dans le secteur de l’élevage sont nombreuses et concernent toutes les activités s’articulant autour de cette activité comme l’engraissement, la médecine vétérinaire, production de l’aliment de bétail, les équipements pour différents élevages, la transformation des sous-produits de l’élevage, la commercialisation, la chaine de froid et l’emballage.

e. Cherif

Télécharger le PDF

Articles Populaires

LE SIMA SE REINVENTE !...
  • Création : 12 septembre 2019
La numérisation et autres thèmes...
  • Création : 28 avril 2019
Bilan SIPSA-FILAHA 2019, un challenge...
  • Création : 22 octobre 2019
SPACE 2019 : un bon millésime...
  • Création : 19 septembre 2019
GRFI : Pour une agriculture...
  • Création : 17 septembre 2019
Informia s’ouvre à de nouvelles...
  • Création : 10 juillet 2019

Articles Pour vous