La salinité menace la production des dattes

  • Création : 16 avril 2007
Ayant la vocation d'agronomie saharienne que lui confèrent les conditions climatiques, la vallée de l'Oued Righ fait partie du Bas Sahara algérien qui recèle d'importantes nappes souterraines, notamment celle du continental intercalaire.

  Si l'importance des ressources hydrauliques et leur utilisation ont permis le développement du patrimoine phoenicicole de cette région, celui - ci ne cesse d'être confronté à divers problèmes, essentiellement d'ordre hydraulique, technique, agronomique, organisationnel et éducationnel qui ont provoqué sa stagnation, en entraînant des conséquences néfastes sur les rendements en dattes, et dans certaines situations extrêmes, la mort de beaucoup de palmeraies et d'oasis.

  La salinité des sols constitue la contrainte majeure dans le processus de dégradation. Dans le cadre des travaux d'enquêtes et d'expérimentation lancés par des agronomes et spécialistes ,  les résultats obtenus montrent que le phénomène de la salinité constitue l'une des causes essentielles dans la chute des rendements et la dégradation des palmeraies.

  Cette situation semble résulter de l'action conjuguée du mauvais drainage, la multiplication anarchique des points d'eau et la mauvaise gestion de celle-ci.

  Aujourd'hui, pour sauvegarder les palmeraies et les oasis de cette région, des exigences s'imposent. D'une part, de gros investissements sont nécessaires pour réhabiliter et développer la phoeniciculture de la région par une utilisation rationnelle de l'eau, une diversification des cultures par la revivification des palmeraies existantes et la mise en valeur de nouvelles terres, d'autre part, une limitation des ouvrages de captage, un contrôle plus rigoureux dans l'exploitation et la gestion des eaux ainsi que la valorisation d'autres ressources, notamment le tourisme et l'industrie de transformation, d'un intérêt certain pour la région.

  Ce qui est sûr en tout cas, c'est que la filière datte a besoin d'une réelle prise en charge de la part des pouvoirs publics pour la simple raison qu'elle constitue un créneau destiné à l'exportation.

  La datte, qui reste un fruit  surtout commercialisé et consommé sous forme de datte sèche, c'est-à-dire partiellement déshydratée  offre des possibilités de conditionnement diverses.

  La datte concentre évidemment sa matière sèche, ce qui entraîne des modifications sensibles dans sa composition, et lui donne des caractéristiques nutritionnelles tout à fait particulières. Tout le monde connaît Deglet nour .

  La datte Deglet nour , littéralement " datte de lumière ", parfois appelée aussi " datte muscade " est la plus réputée . C'est un assez petit fruit (7 à 10 g), savoureux et bien parfumé, en provenance de la région de Tolga.

  Cette région du Sud algérien est réputée  pour avoir cultivé et continue à le faire,  la meilleure datte Deglet nour  au monde.

Articles Populaires

LE SIMA SE REINVENTE !...
  • Création : 12 septembre 2019
Bilan SIPSA-FILAHA 2019, un challenge...
  • Création : 22 octobre 2019
SPACE 2019 : un bon millésime...
  • Création : 19 septembre 2019
La numérisation et autres thèmes...
  • Création : 28 avril 2019
GRFI : Pour une agriculture...
  • Création : 17 septembre 2019
On the road to IPACK-IMA 2021 : feu sur...
  • Création : 15 décembre 2019

Articles Pour vous