PERA innove avec le PRESSOIR ENOXY+

  • Création : 10 octobre 2011

Maîtriser l’apport de SO2 : Quand il faut… Où il faut !

pera

ENOXY + LA MAÎTRISE DU SO2 ENOXY + LA MAÎTRISE DU SO2.

Que devient le SO2 injecté au quai de réception ?

L'apport de SO2 nécessaire à la protection des moûts se fait au niveau du quai de réception et/ou en sortie de pressoir. Les moûts sont donc protégés dans la cuve du pressoir pendant le remplissage et la première serre. Mais le SO2 apporté au quai s'écoule avec les premiers jus de goutte.

Ainsi, dès la fin de l’égouttage, il n’y a plus de SO2 libre dans les jus. Toute la phase de pressurage s’effectue sans SO2.

De fait, il est inutile d’injecter au quai de réception une dose forte qui ne servira que pendant le remplissage.

Le SO2, couramment utilisé en oenologie, possède de nombreuses vertus : antioxydant, inhibiteur d’enzymes, réducteur.
L’impact attendu du SO2 est dans ce cas le blocage de la réaction d’oxydation par inhibition de la Polyphénol Oxydase (PPO), qui avec l’effet réducteur, préserve de ce fait le glutathion, marqueur aromatique.
Néanmoins, en tant qu’allergène, les doses maximales en SO2 admises dans les vins sont diminuées.

Ainsi notre procédé vise à en raisonner l’usage

LE FRACTIONNEMENT DU SO2 DANS LE PRESSOIR

ENOXY+ est un système qui permet de pulvériser automatiquement une solution de SO2 au cours de l’émiettage, directement dans le pressoir, afin de bloquer les oxydations intervenant lors de la rebèche.

Ainsi, il est possible de protéger les moûts tout au long du pressurage, de façon adaptée et progressive. Cela permet de réduire l'apport au niveau du quai et d'extraire une plus grande quantité de jus non oxydés.

Ce procédé est basé sur le principe du fractionnement du SO2 tout au long de l’extraction des jus.
L’anhydride est introduit, à très petite dose, au coeur même du pressoir, bloquant ainsi l’activité enzymatique PPO, et rétablissant un caractère réducteur à la vendange.

Ce dispositif permet une réduction des doses de SO2.

DESCRIPTION DU SYSTÈME ENOXY +

Une pompe doseuse alimente un jeu de buses disposé sur la cuve du pressoir pour asperger la vendange lors de l’émiettage.

L’accouplement entre la tuyauterie fixée sur le châssis du pressoir et celle fixée sur la cuve du pressoir se fait par l’intermédiaire d’un vérin.
Un programme permet de moduler la durée d’injection.

RÉSULTATS : LE GLUTATHION AU COURS DU PRESSURAGE

La concentration en glutathion (GSH) diminue au cours du pressurage Le GSH est largement préservé dans le pressoir avec SO2.

CONCLUSIONS

• Le pressoir ainsi équipé, le glutathion du jus est préservé. Néanmoins, le pressoir n’est nullement devenu un “sulfidoseur”.
• ENOXY+ entraîne une diminution globale de la quantité de SO2, tout en augmentant son efficacité.
• Le dispositif est simple et efficace. Il a prouvé sa performance lors de vinifications de blancs et rosés chez des vignerons équipés de pressoirs ENOXY+.
• Le pressoir ENOXY+ ne nécessite pas d’implantation particulière. Il s’agit d’un modèle standard qui ne subira pas de dépréciation.
• Le pressoir conserve sa polyvalence.

Plus d'infos et témoignages sur www.pera.fr

Consulter toutes l’actualités « Bien être »

Communiquez vous aussi sur les dernières innovations de votre entreprise, devenez Partenaire commercial Agroligne

Articles Populaires

LE SIMA SE REINVENTE !...
  • Création : 12 septembre 2019
GRFI : Pour une agriculture...
  • Création : 17 septembre 2019

Articles Pour vous