Bienvenus

La newsletter de AgroLigne.com vous informe périodiquement de l’actualité de l'agroalimentaire et de l'agriculture.

Pour la recevoir, indiquez votre nom et votre adresse email et cliquez sur "S'abonner".

Connectez vous :

Inscrivez vous à la newslettre :

Le Fonds pour l’Accélération du Développement (BAD) a été lancé en mai 2013 pour financer des activités préparatoires en amont, principalement des études (faisabilité, études de marché, impact environnemental, social, etc.), conception de projets, modélisation financière, développement de business plans, et les exigences réglementaires, visant à générer des contenus techniques pour soutenir les propositions visant à l'expansion d'un projet cible.

Agroligne  : Accélérer le développement agricole en Afrique est votre mission principale, pourriez-vous nous présenter le fonds d’une manière plus ample pour les lecteurs d’Agroligne ?

Mr. Chiji OJUKWU : Le Fonds pour l’Accélération du Développement (BAD) a été lancé en mai 2013 pour financer des activités préparatoires en amont, principalement des études (faisabilité, études de marché, impact environnemental, social, etc.), conception de projets, modélisation financière, développement de business plans, et les exigences réglementaires, visant à générer des contenus techniques pour soutenir les propositions visant à l'expansion d'un projet cible.

Les principales cibles sont les micro, petites et moyennes entreprises (MPME) parrainées par le secteur privé. La BAD peut également financer des études pour des organismes gouvernementaux, des organisations non gouvernementales et des organisations de la société civile (y compris des coopératives / organisations d'agriculteurs), Les gestionnaires de fonds agricoles, les départements de la Banque comme le Département Agriculture et Agro-Industrie (AHAI) et le Département du secteur privé (PISD) dans la mesure où ils visent à développer les PME agro-industrielles dans les domaines de l'infrastructure agricole ou services de conseil pour l'expansion de l'agro-industrie.

Quels sont les critères d’éligibilité pour les projets qui bénéficient de financement?

Eligibilité d'investissement

La BAD fournira des subventions uniquement pour les coûts de préparation d'investissement (pas de mise en œuvre d’investissement) et seulement en termes d'études (faisabilité, étude de marché, impact environnemental, social, etc.), modélisation financière, développement de plans d'affaires, exigences légales et réglementaires, Le résultat sera utilisé pour préparer des propositions négociable en banque pour un éventuel financement par les institutions financières et permettre une expansion durable et rentable d'un large éventail de projets ou d'investissements d'infrastructure agricole couvrant toute la chaîne de valeur de la production au marché. Ces projets ou investissements peuvent être des projets du secteur privé ou public (public / privé).

À l'heure actuelle, la BAD est ouverte au soutien des investissements dans 10 pays africains: Bénin, Burkina Faso, Côte d'Ivoire, Éthiopie, Ghana, Malawi, Mozambique, Nigeria, Sénégal et Tanzanie.

Demande de subvention et processus d'approbation

Le processus de demande de proposition de l'Aide pour le commerce suit un processus en deux étapes, avec une soumission initiale de la note succincte de présentation dans laquelle les candidats fournissent des informations sur les investissements prévus, les résultats attendus et les impacts du projet cible.

Les notes succinctes de présentation sont évaluées par l'Unité de coordination de l'Aide pour le commerce (BAD) qui retient les meilleures demandes et les plus concurrentielles pour soumettre des demandes techniques complètes aux fins d'examen, de recommandation d'approbation si elles sont acceptables.

Quels sont les projets que le fonds a financé à ce ? Leur nombre et sur quoi portent-ils ?

À ce jour, la BAD a approuvé le financement de quelques 24 projets agro-industriels du secteur privé. La répartition des projets par secteur ou chaînes de valeur est la suivante: élevage (volaille, produits laitiers, etc.) - 7 projets; Horticulture (fruits et légumes), y compris la tomate - 3 projets; Cultures de base (manioc, riz, pomme de terre, autres grains)- 7 projets; Cultures monétaires et oléagineuses (canne à sucre, cacao, soja, bambou, etc.) - 4 projets et installations d'irrigation et d'entreposage frigorifique - 3 projets.

L’on parle beaucoup de la volonté de sortir le continent de la pauvreté, pensez-vous que ce qui se fait actuellement est suffisant, ou faut-il des actions plus radicales

Certainement, il y a un désir brûlant de sortir des millions de personnes africaines de la pauvreté. Il n'y a pas de question à ce sujet. Beaucoup est fait pour réaliser ce désir et par de nombreux intervenants. Cependant, des efforts supplémentaires sont nécessaires compte tenu de l'énormité du problème et du niveau d'investissement global nécessaire.

A cela s'ajoute la nécessité d'une coordination entre les partenaires pour éviter les répétitions inutiles et assurer la synergie et la transmission d’un impact transformationnel.

Les agricultures africaines sont, d’une manière générale, encore paysannes, quelles sont les actions à entreprendre afin qu’elles soient plus productives ?

Oui, il est vrai que les fermes africaines sont encore dans la paysannerie en général. Cependant, au cours des dernières années, de nombreuses actions ont été mises en place pour changer les récits des fermes africaines.

Cela inclut, sans s'y limiter, des déclarations importantes telles que la déclaration de Malabo exigeant le dévouement de 10% du budget annuel de chaque pays africain au développement agricole, l'accélération de la participation des jeunes à l'agriculture grâce à de nombreux instruments qui fournissent les incitations et le soutien nécessaires. Déploiement à grande échelle de technologies agricoles éprouvées (y compris les bonnes pratiques agricoles, l'agriculture de conservation, l'agriculture intelligente face au climat, etc.), l'approche agropoles, l'augmentation de la valeur ajoutée aux produits agricoles et la réduction des pertes post-récolte.

Tout le monde reconnait le grand potentiel de ces agricultures. Quel serait la clé qui permettrait une bonne exploitation de ce potentiel? 

La clé pour tirer le meilleur parti du potentiel des exploitations agricoles africaines est l'augmentation des investissements financiers; application de la science, des technologies et des innovations; participation accrue; le déploiement d'un environnement favorable et favorable et le développement généralisé des capacités et le partage des connaissances et, en particulier, la transformation de l'agriculture en entreprise, y compris les femmes et les jeunes, comme énoncé dans la stratégie Feed Africa de la BAD.

Rédaction Agroligne 

French Arabic English Spanish

L’essentiel de l’Agroalimentaire et de l’Agriculture en Méditerranée

Agroligne 2005 - 2018 Tous droits reservés