Algérie,Ouargla : perspectives prometteuses pour le développement de l’agroalimentaire

  • Création : 23 juin 2020

Des perspectives prometteuses s’ouvrent à la filière agroalimentaire dans la wilaya d’Ouargla, confortées par différentes expériences réussies dans ce segment stratégique à forte rentabilité économique, estiment des cadres locaux du secteur de l’agriculture.

De nombreuses opportunités sont offertes à l’investissement agricole au niveau de cette wilaya dans le Sud-est du pays qui recèle d’importantes ressources hydriques et d’immenses étendues de terres susceptibles de donner un nouvel essor à l’activité agricole en général et à la transformation agroalimentaire en particulier, tout en permettant d’obtenir un produit de bonne qualité pouvant réponde aux besoins du marché national, indiquent à l’APS les spécialistes du secteur.

Le directeur des services agricoles (DSA) de la wilaya, Salim Benzaoui,  a évoqué les résultats "encourageants" parmi lesquels une expérience pilote réussie de production de betterave sucrière, de tournesol et de maïs à Hassi-Messaoud (80 km au Sud-est d’Ouargla).

Menée par la société d’investissement dans le bâtiment et l’agriculture "Atlas", fruit d’un partenariat privé algéro-turc, au niveau de la zone agricole de Gassi-Touil, cette expérience, qui a donné un "bon rendement", vise à produire la matière première destinée à l’industrie agroalimentaire stratégique, notamment en ce qui concerne le raffinage du sucre et de l’huile végétale, précise à l’APS M. Benzaoui.

 Cet investisseur est entrain également d’effectuer d’autres expériences portant sur la production de coton et de canne à sucre notamment, ajoute-t-il, signalant que les travaux de réalisation de ce projet, occupant une superficie totale de 11.000 hectares dont 600 hectares réservés à la production de blé tendre, avaient été entamés en 2018.

S’agissant des céréales, la DSA prévoit, au terme de la campagne moisson-battage de l’actuelle saison agricole 2019/2020, une production avoisinant les 100.000 quintaux, constituée de céréales de consommation, ainsi qu’une quantité importante destinée aux semences, relève M. Benzaoui.

Les surfaces réservées à la céréaliculture dans la wilaya, irriguées sous pivot, se repartissent sur plusieurs périmètres agricoles, dont Remtha (Rouissat), Ain-Moussa (Sidi-Khouiled), Gassi-Touil (Hassi-Messaoud), N’goussa et Ouargla, en plus du périmètre agricole dit El-Anet (Touggourt) qui s’est engagé, pour la première fois, dans cette filière stratégique avec une superficie de 20 ha, soutient le même responsable.

Une extension de la superficie consacrée à cette culture stratégique a été observée ces dernières années, grâce aux mesures prises par l'Etat concernant notamment l’accompagnement technique assuré aux agriculteurs et la facilitation des procédures de financement dans le but de booster l'activité agricole dans cette wilaya saharienne aux importantes ressources hydriques et étendues de terres aptes à la mise en valeur, souligne-t-il.

--Développer les cultures stratégiques--

L’activité agricole à Ouargla a enregistré l’an dernier de "bons résultats", avec des indices de production "tangibles" dans les filières stratégiques, selon les données de la DSA.

La phœniciculture figure en tête de liste des filières les plus prospères du secteur, avec un patrimoine de plus de 2,6 millions de palmiers dattiers, éparpillés sur plus de 22.512 hectares.

La saison dernière a été marquée par la production de 1.650.000 quintaux de différentes variétés de dattes, notamment les trois principales, à savoir Deglet-Nour (dattes fines), Ghers (dattes molles) et Degla Beïda (dattes sèches), précise-t-on.

La DSA souligne aussi l’importance de développer cette richesse à travers l’encouragement de l’industrie de conditionnement de dattes et la production des dérivés de dattes (miel/et ou rob, sucre de table, confiture, vinaigre, alcool, aliments de bétail et autres).

Concernant la céréaliculture, la production réalisée au terme de la précédente campagne moissons-battage sur 2.883 ha irrigués sous-pivots, a dépassé les 96.900 Qx, avec même un pic record de 82 Qx/ha, constitués de céréales de consommation et de semences (80%).

La production maraîchère a atteint, pour sa part, 1,9 million Qx de différents produits agricoles, dont la pomme de terre (saisonnière et d'arrière-saison) qui se fraye un chemin parmi les principales filières agricoles pratiquées dans la wilaya, en plus de la serriculture maraîchère avec plus de 2.300 ha qui lui ont été consacrés.

D'autres filières agricoles ont réalisé de "bons" indices en 2019, à l'image de la production fourragère qui a atteint 1.066.796 quintaux, la production de viandes rouges qui s'est établie à 82.169 Qx et celle de la viande blanche ayant atteint 10.000 Qx.

 Présente parmi les perspectives économiques ''prometteuses", la production d’œufs de consommation a connu aussi une évolution durant la saison agricole écoulée, avec une moyenne de production de 45.000 unités/jour.

Obtenues grâce à l'engouement manifesté par les agriculteurs locaux, ajouté à l'appui de l'Etat pour impulser une dynamique au secteur dans cette wilaya, ces données ont permis de classer la wilaya d’Ouargla au cinquième rang national en matière de croissance et à la 18ème place en terme de valeur financière de la production estimée à 79 milliards DA, révèle la même source.

Le secteur agricole dans la wilaya fait état d’une évolution, en termes d'extension de la surface agricole utile (SAU), passant de 54.238 ha en 2018 à 58.000 ha en 2019.

 --Le Quinoa commence à intéresser les agriculteurs dans le Sud du pays--

De même, l’expérience de la culture du Quinoa a donné également des résultats "probants" ouvrant des perspectives à son extension, selon des agronomes de la ferme de démonstration et de la production de semences de Hassi-Benabdallah (Ouargla) relevant de l’Institut technique de développement de l’agronomie saharienne (ITDAS-Biskra).

Considéré comme une pseudo-céréale sans gluten, le quinoa peut s’avérer comme un complémentaire de la culture du blé en Algérie, particulièrement pour les patients atteints de maladie cœliaque, indique-t-on.

Les conditions naturelles nécessaires pour la culture de cette plante (une espèce de plante herbacée) sont réunies en milieu oasien, au regard notamment des résultats favorables obtenus par la l’ITDAS, ainsi que des dizaines d’agriculteurs à travers les régions d’Ouargla, El-Oued, Biskra et Adrar, soulignent-ils.

 Source:http://www.aps.dz/

Articles Populaires

LE SIMA SE REINVENTE !...
  • Création : 12 septembre 2019
La numérisation et autres thèmes...
  • Création : 28 avril 2019
SPACE 2019 : un bon millésime...
  • Création : 19 septembre 2019
Bilan SIPSA-FILAHA 2019, un challenge...
  • Création : 22 octobre 2019
Informia s’ouvre à de nouvelles...
  • Création : 10 juillet 2019
GRFI : Pour une agriculture...
  • Création : 17 septembre 2019

Articles Pour vous