ENTRE PLAISIR ET BIENFAITS : LES JUS DE FRUITS NOUS AIDENT A CONSOMMER DES FRUITS

  • Création : 13 mai 2015

D’après la dernière enquête du CREDOC sur les Comportements de Consommation Alimentaire en France (CCAF 2013), 72% des enfants, 65% des adolescents et 49% des adultes sont des consommateurs de jus de fruits. Des consommateurs qui bénéficient des bienfaits des jus de fruits, premiers contributeurs aux apports en vitamine C pour les enfants et les adolescents et deuxièmes contributeurs pour les adultes. Tout simplement issus des fruits, les jus de fruits présentent naturellement des qualités nutritionnelles qui leur sont très proches. Les jus de fruits contiennent ainsi la plupart des nutriments présents dans les fruits (potassium, vitamines C et B9, caroténoïdes).

 Véritables compagnons de l’équilibre alimentaire, les jus de fruits sont les alliés d’une alimentation variée. L’étude CCAF 2013 montre ainsi que les consommateurs de jus de fruits consomment autant ou plus de fruits et légumes frais que la moyenne des Français. Cette variété leur permet de tendre plus facilement vers l’objectif des 5 fruits et légumes par jour fixé par le Plan National Nutrition Santé (PNNS). Les adultes consommateurs de jus de fruits sont ainsi 58% à dépasser les 3,5 portions de fruits et légumes quotidiennes, contre 44% pour les non-consommateurs. Ce rapport est de 29% vs 10% pour les enfants.

Jus de fruits : une consommation française raisonnable et structurée

Au cœur de l’équilibre alimentaire des Français, les jus de fruits entrent dans le cadre d’une consommation raisonnable et structurée. En moyenne, les consommateurs en boivent moins d’un verre par jour (200 ml) : 119,8 ml pour les enfants, 148 ml pour les adolescents et 114,7 pour les adultes. Une consommation qui a majoritairement lieu, à 85%, à domicile et au cours d’un repas : principalement au moment du petit-déjeuner pour les adultes (58%), les adolescents (59%) et les enfants (47%). Cependant, cette place du petit-déjeuner dans la consommation des jus de fruits tend à diminuer, reflétant ainsi l’érosion de ce premier repas de la journée dans les habitudes alimentaires des Français.

Les Français s’orientent vers les jus de fruits premium

En 2014, chaque Français a bu 23 litres de jus de fruits en moyenne sur l’année. Tous circuits confondus[1], il s’est vendu 1,55 milliard de litres de jus de fruits en France en 2014, dont une majorité de produits premium. En effet, en grande distribution (GMS + HD), les purs jus représentent désormais 56,2% de parts de marché volume, alors qu’elles étaient de 47,1% en 2010. Ce goût pour les produits haut de gamme se retrouve également dans la montée en puissance des jus de fruits bio, dont la part de marché a plus que doublé en 5 ans, passant de 2,70% en 2010 à 6,13% en 2014, bien au-dessus de la moyenne du marché bio alimentaire, qui représente 2,6% du marché alimentaire global. Les jus de fruits réfrigérés connaissent également un succès grandissant, avec des parts de marché volume passées de 8,1% à 10,4% en 5 ans.

Les jus de fruits : aussi des boissons plaisir !

Ces progressions prouvent que les consommateurs ont envie de se faire plaisir. Le plaisir fait en effet partie des motivations premières des consommateurs en ce qui concerne les jus de fruits. D’après la récente enquête UNIJUS/CSA, boire un jus de fruits est avant tout un plaisir (65%). La grande majorité des Français considèrent les jus de fruits comme des produits gourmands (88%). Les jus de fruits offrent en effet de multiples possibilités créatives pour s’adapter à tous les goûts et se savourer de multiples façons. Les parfums proposés par les fabricants sont nombreux, des plus classiques jus de pommes aux plus originaux mélanges exotiques. Les jus de fruits peuvent également être à la source d’infinies combinaisons. Association de différents jus, ajout de sirop ou de brochettes de fruits… la palette des saveurs pour se faire plaisir est infinie !

Une hausse vertigineuse des coûts de production

Les fabricants, qui poursuivent leur démarche de qualité, doivent aujourd’hui faire face à une hausse vertigineuse de leurs coûts de production. Les cours de leurs matières premières, qui représentent jusqu’à 80% de leurs coûts de production, flambent. Entre la chute de l’euro face au dollar et la raréfaction de leurs matières premières, le coût d’un pur jus d’orange subit ainsi une hausse de 20% sur les seuls premiers mois de l’année 2015, après une hausse continue de 25% ces dernières années. Comme le prix de vente aux consommateurs n’augmente pas, les marges se réduisent, mettant en péril la pérennité des fabricants de jus de fruits. Beaucoup d’entre eux envisagent déjà un gel des investissements et des embauches, voire des plans de restructuration.

Plus d'info: www.jusdefruit.org

Articles Populaires

LE SIMA SE REINVENTE !...
  • Création : 12 septembre 2019
Bilan SIPSA-FILAHA 2019, un challenge...
  • Création : 22 octobre 2019
SPACE 2019 : un bon millésime...
  • Création : 19 septembre 2019
La numérisation et autres thèmes...
  • Création : 28 avril 2019
GRFI : Pour une agriculture...
  • Création : 17 septembre 2019
On the road to IPACK-IMA 2021 : feu sur...
  • Création : 15 décembre 2019

Articles Pour vous